Description en français

De 1998 à 2010, Anvil Mining Limited, une corporation canadienne, a exploité une mine de cuivre et d’argent dans la République Démocratique du Congo (RDC). En octobre 2004, les Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont commis des atrocités généralisées dans le cadre de leurs efforts pour contrer un soulèvement à petite échelle à Kilwa, une ville portuaire stratégique pour les opérations d’Anvil. Après avoir bombardé la ville, les soldats congolais ont procédé à des exécutions extrajudiciaires, des détentions illégales, des viols, la torture, et le pillage. Ils ont tué plus de 70 personnes, selon les Nations Unies. Anvil, dont la mine ‘Dikulushi’ était située à 50 km de la contre-offensive, a admis avoir fourni un soutien logistique à la FARDC, sous la forme de véhicules et de transport aérien.

Description en anglais

From 1998 to 2010, Anvil Mining Limited, a Canadian corporation, ran a copper and silver mine in the Democratic Republic of Congo (DRC). In October 2004, the Congolese Armed Forces (FARDC) committed widespread atrocities in crushing a small-scale uprising in Kilwa, a port town critical to Anvil’s operations. After first shelling the town, Congolese soldiers carried out extra-judicial executions, torture, rapes, illegal detentions and looting. The United Nations concluded that over 70 people were killed. Anvil, whose Dikulushi mine was located 50km away, admitted providing logistical support to the FARDC in the form of vehicles and airplane transportation