Description en français

En 2005, le CCJI est intervenu dans le procès à la Cour Suprême du Canada concernant l’ordre de déportation de Léon Mugesera, un ancien fonctionnaire rwandais accusé d’avoir prononcé un discours incitant au génocide qui s’est déroulé quelques années plus tard. Le CCJI a instruit la Cour sur les aspects juridiques concernant l’incitation au génocide. La Cour Suprême a confirmé la déportation en apprenant qu’il y avait suffisamment de preuves démontrant que Mugesera, un Hutu, avait incité au meurtre et à la haine en encourageant les attaques contre la minorité Tutsi à l’occasion d’un discours prononcé lors d’une manifestation politique en 1992 au Rwanda. Le Gouvernement du Canada a tenté de déporter Mugesera depuis 1995, soit 2 ans après que lui et sa famille ait reçu le statut de réfugié. Pendant son séjour au Québec, Mugesera a agi à titre de conférencier à l’Université Laval.

Description en anglais

In 2005, the CCIJ intervened in a case before the Supreme Court of Canada involving a deportation order against Leon Mugesera, a former Rwandan government official alleged to have given a speech that was later used to encourage others to carry out the Rwandan genocide. The CCIJ briefed the Court on numerous legal topics, most related to the issue of incitement to genocide. The Supreme Court upheld the deportation by finding that there was sufficient evidence that Mugesera, a Hutu, incited murder and hatred by encouraging attacks against the Tutsi minority in a speech he made during a 1992 political rally in Rwanda. The Government of Canada had been trying to deport Mugesera since 1995, two years after he and his family came to Canada as refugees. While living in Québec, he served as a lecturer at Laval University.