Description en français

Maher Arar est un citoyen canadien qui a été envoyé de force vers la Syrie en 2002, dans le cadre du programme des États-Unis dénommé « reddition internationale » (extraordinary rendition). Maher a été détenu en Syrie durant 10 mois et y a été torturé. À sa libération en 2004, Maher a intenté une poursuite aux États-Unis contre plusieurs officiels américains pour leur rôle dans la détention et les tortures qui lui ont été infligées. En novembre 2009, une cour d’appel américaine a confirmé le verdict d’une cour inférieure déboutant la requête de Maher. Présentement, Maher demande à la Cour Suprême de Justice des États-Unis de statuer sur son cas. Avec certains experts et d’autres organisations des droits de la personne, le CCJI introduit une requête amicus curiae (ami de la cour) en appui à l’action judiciaire de Maher.

Description en anglais

Maher Arar is a Canadian citizen who was forcibly sent to Syria in 2002 as part of the United States’ “extraordinary rendition” program. He was imprisoned in Syria for 10 months and tortured. In 2004, after his release, Maher filed a lawsuit in the United States against several individual U.S. officials for their role in his detention and torture. In November 2009, a U.S. Court of Appeals upheld a lower court’s dismissal of the suit. The CCIJ, along with other Canadian human rights organizations and scholars, filed an amicus curiae (friend of the court) brief in support of Maher’s petition to the U.S. Supreme Court. On June 14, 2010, the high court refused to hear the case, effectively eliminating Maher’s final hope for justice in the U.S. judicial system.