Dans cette affaire, un prélèvement a été effectué sur les parties intimes du défendeur sans mandat, suite à des allégations d’agressions sexuelles. La question portée en appel est de savoir si la fouille était abusive et donc contraire à l’article 8 de la Charte canadienne des droits et libertés.